Interview : Laurence Chérillat, secrétaire générale d’Artéma, syndicat de la mécatronique

InterviewArtemaCe mois-ci nous avons rencontré Laurence Cherillat qui est secrétaire générale de Artema : le syndicat professionel des industriels de la mécatronique. Quel est le rôle d’un tel syndicat? Comment aide-t-il les industriels français et européens à se développer dans la mécatronique? Mme Chérillat répond à toutes ces questions…








Transcription de la vidéo :


Laurence Chérillat, je suis secrétaire générale de Artema qui est un syndicat professionnel des industriels de la mécatronique. Artema est un syndicat assez récent, qui a 2 ans, mais il vient de la fusion de trois organisations professionnelles précédentes dans les domaines qui étaient des transmissions mécaniques, hydrauliques, pneumatiques, les roulements et l’étanchéité. Toutes ces professions ont en commun la mécatronique, et c’est pour çà qu’on a choisi, que les industriels adhérents ont choisi d’intituler Artema le syndicat des industriels de la mécatronique.

Quel est le rôle d’Artema?

Comme tout syndicat professionnel, son rôle est tout d’abord la défense et la promotion des professions que l’on représente. Nous sommes actifs dans les domaines économiques et techniques, nous ne touchons absolument pas au social qui est dévolu à d’autres organisations professionnelles dans la mécanique, et de plus Artema est relié à une fédération  qui est la fédération des industries mécaniques à laquelle nous sommes rattachés et la fédération de la mécanique étant elle-même rattachée au  MEDEF mais  toujours dans les domaines techniques et économiques.

Quel est la place de la mécatronique à Artema?

La mécatronique, c’est la réunion de trois compétences on va, dire la partie mécanique, dans mécatronique il y a quand-même méca, l’électronique, l’informatique et l’automatique ou électronique, çà dépend comment on l’appelle. Donc, tout çà réuni, étant un syndicat issu de la  mécanique au départ, on a une approche mécanique de la mécatronique qui est qu’en fait, dans un composant ou un système mécanique, on intègre de plus en plus de l’électronique. Au début, on intégrait un capteur dans un roulement par exemple ou un capteur dans une transmission mécanique ou alors une transmission hydraulique qui devenait hydrostatique mais on travaillait beaucoup par l’intégration d’un composant sans conception globale. Aujourd’hui, on passe à un étape différente où les entreprises adhérentes d’Artema essaient de mettre en place une conception mécatronique de leurs produits ou de leurs solutions en ayant des bureaux d’étude ou des plates-formes en interne qui permettent de travailler sur toutes les technologies et de prendre tout en compte. Forcément, un mécanicien n’a pas la connaissance de l’électronique souvent, donc suivant les types d’entreprises, il y a des entreprises qui vont travailler en ayant toutes les technologies en interne et puis une PME mécanicienne, elle ne va pas souvent prendre un électronicien, le mettre dans un bureau d’étude mécanique, parce qu’en général, çà ne se passe pas toujours très bien, par contre, elle va coopérer avec des entreprises d’électronique. Nous faisons la même chose au niveau de notre syndicat professionnel, on travaille principalement en interne mécanique, par contre on a des coopérations avec des syndicats de l’électronique qui peuvent apporter le complément dont on a besoin.

Quelles relations entretient Artema avec les autres syndicats européens?

On est membres de comités européens souvent membres fondateurs de ces comités qui réunissent tous les principaux pays producteurs, en Europe, dans nos technologies, et on a des réunions régulières pour échanger sur les problèmes techniques, à savoir tout ce qui est lié aux réglementations européennes notamment, et puis également sur tous les problèmes économiques. Juste pour compléter sur le niveau français  plus lié à la mécatronique. On a développé depuis un an des partenariats, parce que justement, la mécatronique, c’est multi-domaines, donc travailler tout seul, c’est quelque chose qui ne peut pas se faire dans le domaine de la mécatronique. Il faut travailler avec d’autres. C’ets pourquoi on a signé quatre partenariats, l’un avec le CETIM qui est le centre technique des industries mécaniques, l’un avec Thésame qui est un réseau technologique basé en Savoie, le troisième avec l’UNM qui est l’union de normalisation de la mécanique pour tout ce qui est normalisation mécatronique, et le quatrième avec l’UTC de Compiègne pour tout ce qui est formation. Ils sont membres d’Artema, ils se réunissent avec nous au sein d’un groupe mécatronique qui a été créé dont le président est Pascal Laurin et on a défini tout récemment sept pistes de travail, l’une sur la veille technologique, l’une sur la veille marché c’est tendance, le troisième sur tout ce qui est fiabilité sûreté de fonctionnement, le quatrième sur tout ce qui est lié à l’argumentaire pour permettre la promotion de la mécatronique et ce qui va avec, tout ce qui est lobbying et communication, un autre axe important est tout ce qui est lié à justement le problème économique de la mécatronique. Aujourd’hui on ne sait pas très bien ce que la mécatronique représente, donc il faut qu’on trouve un système pour savoir le chiffre d’affaires réalisé dans la mécatronique, donc çà c’est un des axes importants, et le dernier qui est certainement un des plus complexes et tout aussi important, c’est tout ce qui est lié aux formations, à savoir quels sont les besoins des industriels en mécatronique et le contenu des formations, il en existe énormément au niveau ingénieurs et licences professionnelles, de voir un peu dans son contenu si les contenus correspondent aux besoins des industriels. Voilà les axes de développement pour 2010.

Interview réalisée dans le cardre des Conférences Mécatronique Innovante 2009, événement organisé par Innovaxiom.

Les conférences Mécatronique Innovante 2010 auront lieu le 16 novembre 2010. Plus d’info sur : http://www.innovaxiom.com/

Articles similaires:

    None Found

Tags: , ,

Commentaires fermés pour cet article.

Retrouvez-nous sur

février 2017
L Ma Me J V S D
« mai    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728  

Messages récents du forum